+Nature Le roman

 

 

Vous pouvez trier les articles par Date, Titre ou par Auteur.

  La bouteille à moitié pleine.
De : MG
Publié le : 22/12/2002

Vu sous un certain angle 50 % de la surface de la terre serait encore à l'état sauvage !
On cite notamment:
     - Les régions boisées dans le Sud de l'Afrique.
     - Des déserts : au Mexique.
     - Le foret tropical amazonien.
     - La jungle de la Nouvelle-Guinée.

Toutes ces étendues seraient tout de même, menacées et ceci malgré leur faible densité en population. Par l'extension des zones cultivables et l'exploitation des ressources naturelles. Entre autres.


  Ca vaut mieux que d'attraper la scarlatine.
De : MG
Publié le : 10/10/2001

Heureusement que la fièvre aphteuse est une maladie bénigne, non transmissible à l'homme. Car les animaux en bon état, dont l'élevage s'effectue dans le respect des équilibres naturels guérissent rapidement et spontanément.
Un grand assureur agricole ne rembourse pas la fièvre aphteuse, parce que celle-ci n'est pas déclarée mortelle !

Et pourtant, un grand nombre d'entre nous ont encore devant les yeux les images d'apocalypse, d'abattage et de mise au bûcher de milliers d'animaux ( non malades ). Ces bêtes offertes en sacrifice, dans d'épaisses fumées noires, aux dieux du commerce international et de la dictature hygiéniste. Images déployées à grand spectacle, qu'aucune raison sanitaire digne de ce nom ne justifie.

De telles mesures n'ont pour effet que le blocage de toute activité économique dans les régions d'élevage concernées, entraînant des centaines d'éleveurs, les moins riches, à la ruine et au dépôt de bilan.

C'est en s'interdisant les pratiques productivistes, d'élevage en batterie et concentrationnaire, qui affaiblissent la santé animale en général, favorisant l'apparition de toute épidémie. Pratiques qui carencent et empêche le système immunitaire naturel de l'animal de jouer pleinement son rôle, et, de maîtriser par la même la multiplication des virus pathogènes dans son organisme.

C'est encore moins l'administration, sans jugement, de médicaments de synthèse en tous genres et d'une vaccination généralisée, sans discernement, tout azimut, et à l'évidence disproportionnée. Plus fait à servir les intérêts souverains d'un marché financier mondial que de celui directe de l'animal.

Le traitement : évidement trop facile, puisque nos anciens préconisaient un isolement strict et du repos, suffisait à la guérison !
De plus l'élevage bio à montrer qu'il pouvait contrecarrer cette maladie en élevant sur chaque terroir, les races qui y sont adaptées.

Evidemment toute entreprise d'interprétation et de transposition de ces faits à d'autres secteurs d'activité ne serait que pure coïncidence et n'entraînerait que la seule responsabilité du lecteur.



Ca le fait.
MG


  Qu'est-ce qu'un bon fromage ?
De : PlusNature
Publié le : 26/05/2001

fromagesprod.jpg (20589 octets)

Question simple, mais qui pourrait avoir des réponses différentes en fonction des acteurs économiques, des intérêts industriels et nationaux dans les années à venir.

Depuis quelques temps il y a un courant (presque un raz de marée ), qui voudrait nous imposer en exclusivité des fromages à base de lait pasteurisé. A l'inverse donc de nos traditionnels fromages au lait cru.

Mais évidemment, c'est aussi un "marché" et, qui dit marché, dit concurrence, appétits et méthode parfois déloyales.

I) Tout à commencé par des industriels français et européens qui en voulant optimiser leur production, conquérir des parts de marchés ont mis au point depuis un siècle des fromages largement farcis de produits chimiques. Il faut savoir qu'un fromage quel que soit son appellation, dont le lait à été pasteurisé n'a plus grand chose à voir avec la technique originelle qui en a donné le nom.

La particularité de chaque fromage est la maturation avec des techniques différentes selon les régions et les appellations. Une bonne maturation n'est en général possible qu'avec un lait ayant gardé toute sa flore, soit le lait cru. C'est cette différence d'affinages qui donne à la France cette richesse dans la diversité de production fromagère.

En pasteurisant à outrance on fait un produit plus pratique probablement pour les industrielles, mais qui va perdre tout arôme et saveur authentique. - Ce qui, soit dit en passant, oblige souvent ces mêmes acteurs à incorporer des arômes artificiels pour compenser cet appauvrissement.

II) Les intérêts nationaux ont suivi. Par exemple dans les pays anglo-saxons où la production de produits laitiers ne se fait qu'avec du lait pasteurisé. Depuis quelques années ces derniers cherchent à nous imposer leur manière de faire. Ce qui signifierait la disparition de la plupart des fromages français.

Ceux-ci disparus la place serait prise par des industriels dont la rentabilité n'a d'égale que l'insipidité des produits.

Pour arriver à cette fin toutes les méthodes sont bonnes. Campagnes de presse orientées contre les fromages au lait cru, salmonelles, listeria, tout y passe. Lobbying auprès de la commission européenne pour nous imposer des produits pasteurisés par décrets. Malheureusement les arguments scientifiques assénés à ces fins mériteraient au minimum un débat contradictoire que l'on attend toujours.

Bien sûr l'argent est du côté de la pasteurisation et la lutte semble bien inégale.

Aussi la seule chose que nous puissions transmettre aux générations futures est savoir qu'il a existé autre chose. Un pays où la diversité des fromages n'avait d'égale que la succulence de chacun d'eux.

La faible preuve que nous pouvons apporter ici est la photo ci-contre ou diversité est celle que l'on peut trouver sur le marché des producteurs au cours Saleya à Nice en 2001. Nous ne pouvons malheureusement pas transmettre l'arôme ni le goût non plus, la manière dont chaque produit évolue dans le temps, ce qui est une des particularité des fromages au lait cru. Car ils ont gardé toute la flore vivante originelle et, comme nous, ils vivent avec le temps.




Tende

Coaraze

Voilà donc ce que nous risquons de perdre. Sauf si… on peut rêver.

Fait le : 20/05/2001


Hit-Parade
 Haut de la page   -    Accueil  -  Produits  -  Artisans  -  Actualités  -  Techniques  -  Nature  -  Ecrivez  -  Petites Annonces  -  Forum