+Nature Le roman

 

 

Vous pouvez trier les articles par Date, Titre ou par Auteur.

  Dépollution nucléaire ou miroir aux alouettes.
De : MG
Publié le : 28/06/2001


Les inventeurs ROD NEAL et STAN GLEESON, originaires de Cincinnati, nous apparaissent pourtant bien réels ainsi que leurs découvertes. Puisque leur réacteur à incinération électrique obtient sur du thorium (métal radioactif extrait d'un minerai, la thorite ) des réductions de 30 % à 90 % de la radioactivité !
Ce qui résoudrait certainement en partie les problèmes de stockage des déchets radioactifs de nos centrales nucléaires qui s'égayent un peu partout dans nos beaux paysages.

Pas moins de six équipes différentes ont annoncé d'ores et déjà des premiers résultats et déposer des demandes de brevets. Tous ces procédés sont issus de la fusion froide et de techniques de free energy ( énergie gratuite)..

Se servira-t-on de ces avancées, somme toute géniales, comme prétexte à augmenter le tout nucléaire ?.

Consultez les sites anglo-saxons consacrés à la science alternative pour suivre l'évolution du sujet !
En France c'est le silence radio..

http://www.keelynet.com/

http://www.newphys.se/




  La chaudière hydrosonique où chaudron magique ?
De : MG
Publié le : 26/06/2001


L'inventeur est néanmoins ingénieur: Jim Griggs commercialise son brevet depuis deux ans.

Son système alimenté par l'eau froide et sans source extérieure de chaleur, produit de l'eau bouillante et de la vapeur uniquement grâce aux mouvements de l'eau dans des rotors perforés.
Les tourbillons et ondes de chocs engendrés, ainsi que le phénomène de cavitation (implosion des bulles d'eau ) expliqueraient cette production de chaleur.
L'énergie requise pour faire tourner les rotors est le courant électrique. Mais le système produit beaucoup plus d'énergie qu'il n'en consomme. Dénommée : l'effet free energy : énergie gratuite ( d'un rendement supérieur à 100 % ).
Théoriquement impossible.
Sauf à penser que cette fameuse cavitation induise une réaction nucléaire inconnue !!!
Site consacré à la free energy :

http://www.padrak.com/ine/HSONIC.html



  Le soleil comme lave vitre.
De : MG
Publié le : 29/06/2001


Deux grands laboratoires sont à l'origine de cette innovation Rhône Poulenc et Saint-Gobain.
Ces deux protagonistes se sont associés pour la mise au point de ce procédé de vitre autonettoyante qui, revêtue d'une infime couche d'oxyde de titane, permet aux rayons du soleil de brûler par photo catalyse les salissures organiques qui s'y déposent en permanence.

D'autres secteurs pourraient bénéficier de cette technologie du dépôt de titane, l'environnement notamment, dans la destruction des émanations de combustible automobile ainsi que dans l'épuration des eaux.
Ce qui représente un éventail d'applications très variées ayant pour origine de simples salissures sur un vitrage !


  Procédé Majda : Un dossier qui dérange…
De : MG
Publié le : 28/06/2001


Jugez-en : maintenue et contraint au secret de l'information pendant vingt-six ans cette découverte technologique et scientifique de premier plan, s'invite à notre connaissance comme un pavé dans la mare !

La technologie gère l'énergie électrique sur les convecteurs, machines à laver, sèche-linge, chauffe-eau, lave-vaisselle ( tout circuit résistif de puissance ) et permet des économies de consommation instantanée de 30 % minimum jusqu'à 80 %.

- 57 000 foyers français seraient équipés du procédé Majda depuis 1988.

Si cela s'avérait être vrai, étendue à l'ensemble des foyers et entreprises de l'hexagone, une telle application aurait contribuée à freiner d'un facteur considérable la prolifération galopante des centrales nucléaires depuis cette époque.

Un ange passe.

http://perso.wanadoo.fr/majda/majda.htm


Si les internautes, et chers lecteurs de PlusNature possèdent de plus amples informations confirmant ou infirmant la réalité de ce procédé, nous nous en ferons l'écho.


  Voiture éléctrique.
De : PlusNature
Publié le : 30/04/2001

Non ce n'est pas encore une apparition de Nessie (cousin Écossais du serpent de mer).
Simplement nous faisons une rétrospective de la voiture électrique et de temps en temps le point où en sont les recherches et applications.
Ce dossier est appelé à être complété par les informations s'y rattachant.

Contexte :

La première automobile électrique à vu le jour en 1895 soit plus d'un siècle, et bien avant la voiture thermique (moteur à explosion) que nous connaissons.
Si l'on regarde l'évolution de la technique pour cette dernière on peut rêver de ce que nos villes pourraient être aujourd'hui si l'on avait continué dans la voie électrique.
Imaginons… une pollution inexistante, pas de bruit, des centaines de fois moins de poussières et de suies nocives, les façades des immeubles se salissant de dix à vingt fois moins vite, le nombre d'enfants asthmatiques stabilisé à un niveau relativement bas, enfin l'utopie.
Pour le moment il faut se contenter de respirer des fumées noires en croyant les bonnes paroles de sommités qui nous affirment qu'elles sont inoffensives. Mais, les fumées nous font tousser et on préfèrerais qu'il n'y en ai pas.

Là comme dans d'autres domaines nous sommes malheureusement dépendant des constructeurs qui eux sont directement dépendant de leurs partenaires.
Sans volonté politique là aussi les choses ne risquent pas de changer. Car comme nous l'avons déjà vu les dépenses induites par l'énergie fossile ( elle mérite bien son nom) dépassent largement ce que nous réglons à la pompe.
Que ce soit l'encrassage des villes, des poumons ou des sinus et les dépenses de santé en découlant - les problèmes de santé eux ne pas chiffrables, sauf en termes de souffrances - le bilan est très lourd.

Technique:

La voiture électrique donc est mue par moteur électrique, évidence. Mais l'intérêt réside, en dehors de l'absence d'émissions, dans le modèle dynamique de propulsion et les économies globales d'énergie qu'il propose.
En ville la quantité de carburant nécessaire à lancer une voiture à l'arrêt est plus important dans une voiture à propulsion mécanique car il est obligatoire de lancer le moteur pour passer au rapport supérieur (vitesse), alors qu'avec un moteur électrique le variateur dose l'énergie en fonction de la puissance demandée. En plus le fait qu'en ville les voitures électriques à l'arrêt dans la circulation ne consomme rien alors que leurs cousines thermiques continue à consommer – le moteur devant toujours tourner.

En milieu urbain l'ensemble de ces paramètres – énergie cinétique, embouteillage etc. – amènent, en milieux urbain, un rendement de 12 à 20% pour la voiture thermique alors que pour les modèles électriques le rapport est de 80 à 85% ! A tel point qu'il faut créer des vrais chauffages pour les voitures électriques car ces dernières n'ont pas de perte thermique – ce qui réchauffe l'habitacle des voitures thermiques est la surchauffe du moteur.

L'intérêt réside aussi dans le rendement du moteur électrique.
Un tout petit peu de technique: le rendement d'un moteur thermique énergie/masse déplacée est d'environ 40%. Ce qui veut dire que 60% de l'énergie est dissipé soir en chaleur soit en frottements. Avec un moteur électrique cette proportion est inversée soit 60% d'énergie utilisée pour 40% dissipé.
Lorsque l'on sait que plus les installations sont centralisées plus il est possible de lutter contre les émissions, la conclusion devient évidente. Avec le même carburant consommé, il devient possible d'augmenter sa rentabilité ne serait ce qu'en construisant des centrales électriques thermiques.
Certes elles rejettent aussi des polluants mais il est toujours plus facile de multiplier les filtres et dépollueurs au niveau d'une usine centralisé que sur des millions de petits pots d'échappement.

Reste un problème majeur : le stockage de l'énergie. On sait aujourd'hui avec les techniques actuelles stocker l'énergie pour un déplacement de 200 Km environ. Comme nous l'avons dit plus haut, si la majorité des acteurs économiques se penchent sur la voiture électrique, il ne fait pas de doute que cette limite sera pulvérisée. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à voir les progrès réalisés en matière d'onduleur pour les systèmes informatiques depuis 10 ans. Et le marché est bien moins important.

En plus arrivent les techniques nouvelles. Par exemple la pile à combustible. Cette innovation mise au point par des sociétés Nord-américaines PlugPower aux USA, Ballard au Canada, devra permettre dans un avenir proche 2002-2005 d'avoir une batterie rechargeable avec un combustible. Dés lors plus de problème d'autonomie. Il suffit - en simplifiant - de recharger la pile comme on remplit un réservoir.

Alors que se passe-t-il. Est-on vraiment obligés de respirer un air pollué parce que les décisions ne sont pas prise au plus haut lieu. Apparemment oui ! Peut-être que les choses sont trop faciles à l'état actuel et les intérêts trop bien en place pour qu'une véritable volonté politique ne puisse se dégager. Mais l'on sait que c'est possible. Les Allemands nous en ont apporté la preuve avec le dossier du nucléaire. Quand la volonté politique est réelle les choses changent !

Quoi qu'il en soit, nous vous tiendrons toujours au courant des évolutions de la voiture électrique dans cette rubrique, et des informations y afférent.

fait le 20/11/00


Hit-Parade
 Haut de la page   -    Accueil  -  Produits  -  Artisans  -  Actualités  -  Techniques  -  Nature  -  Ecrivez  -  Petites Annonces  -  Forum